30 Jul 2012

The Culture Feature | July 2012


This month I did a LOT of reading and watching. I didn't include all of it below. Not all can have the incredible honour of making the list.

As for the ones that do...

****
Ce mois-ci, j'ai BEAUCOUP lu et vu. Je n'ai d'ailleurs pas tout inclus dans mon article. Tous ne peuvent pas avoir l'immense honneur de faire partie de la liste.

Pour ce qui est de ceux qui l'ont...


BOOKS | Delirium, Lauren Oliver.
A bit of context: I read Divergent and The Chaos Walking trilogy (that I mentioned last month) - both young adult dystopian fiction. Then I decided to be a bit more serious. So I read Jack Kerouac's On The Road.

Big mistake.

I still have no idea what that was all about. Hence my inevitable running back to what I know and love: YA dystopian fiction! I got Delirium after reading about it on the Goodreads "most popular books of the year" list (I think?) I'm very glad I did! It's no Hunger Games, in my opinion the best YADF out there, and I still liked Veronica Roth's Divergent more. But... It was still really good. As I said in the video, I thought the plot starting point was very interesting and well-constructed: love is a disease and needs to be cured. The events tend to be rather predictable after that, but the main male character, the beautiful descriptions of Portland and the excitement for more saved it for me!

This review somehow sounds negative but no! Good book! Nice summer read!

***
LIVRES | Delirium, Lauren Oliver.
Un peu de contexte : j'ai lu Divergent and la trilogie Le Chaos en marche (don't j'ai parlé le mois dernier) - tous deux des romans dystopiens pour jeunes adultes. Et puis j'ai voulu partir vers quelque chose de plus sérieux. J'ai donc lu Sur La Route de Jack Kerouac.

Mauvaise idée.

Je n'ai toujours pas compris ce dont ça parlait. D'où mon inévitable retour aux choses que je connais et que j'adore : les romans dystopiens jeunes adultes ! J'ai acheté Delirium après en avoir entendu parler dans la liste "romans les plus populaires de l'année" sur Goodreads (il me semble.) Je suis contente de l'avoir fait ! Ce n'est pas du niveau des Hunger Games, qui est pour moi la meilleure trilogie de fiction dystopiennes jeunes adultes, je lui préfère tout de même Divergent de Veronica Roth. Mais... c'était quand même très bon. Comme je le disais dans la vidéo, j'ai trouvé l'idée de départ très intéressante et bien construite : l'amour est une maladie et doit être soignée. Il est vrai que les évènement sont assez prédictibles, mais c'est rattrapé par le personnage masculin principal, les magnifiques descriptions de Portland et le suspense pour la suite !

Cette critique fait un peu négative, mais non ! Super livre ! Un bon bouquin pour l'été !



MOVIES | The Amazing Spiderman, Marc Webb.
Two words: Andrew Garfield.

Him and Emma Stone. This could be my actual review. He was enough to enjoy the movie! Especially compared to the sad and disappointing previous Spiderman trilogy that I hated for two reasons: Tobey Maguire and this scene.

What I really enjoyed is how the movie focused on Peter Parker as a simple teenager, who wants to have fun, who's awkward around girls and who often messes up. Garfield portrayed it perfectly.

***
FILMS | The Amazing Spiderman, Marc Webb.
Deux mots : Andrew Garfield.

Lui et Emma Stone. Je pourrais m'arrêter là. Il m'a suffit pour aimer le film ! Particulièrement en comparaison à la précédente triste et décevante trilogie Spiderman, que je ne supporte pas pour deux raisons : Tobey Maguire et cette scène.

J'ai vraiment aimé le fait que le film se centre sur Peter Parker en tant que simple adolescent, qui ne veut que s'amuser, qui ne sait pas trop comment parler aux filles et qui fout souvent tout en l'air. Andrew Garfield l'a parfaitement joué.



MOVIES | Moonrise Kingdom, Wes Anderson.
Aaah, Wes. You never change. You're a bit of a Marmite-type person, really. People either love it or hate it. I personally love it. Anderson's movies are all about faded colours, a 60s atmosphere, Bill Murray and really touching stories. But mostly faded colours.

Moonrise Kingdom tells the story of young Suzy and Sam, only 13 but very in love, who run away together one summer. It was really like a little moment of pure happiness, delicate filming, true characters and incredible beauty. Yes, this sounds exaggerated. But no. Bonus points for the soundtrack  and precise camera movements.

***
FILMS | Moonrise Kingdom, Wes Anderson.
Aaah, Wes. Tu ne changes pas. Tu es un peu comme la Marmite. On t'adore ou on te déteste. Moi, j'adore. Les films d'Anderson, c'est des couleurs fanées, une ambiance 60s, Bill Murray et des histoires toujours touchantes. Enfin, surtout des couleurs fanées.

Moonrise Kingdom raconte l'histoire des jeunes Suzy et Sam, seulement 13 ans mais très amoureux, qui  fuguent pendant l'été. C'était vraiment un petit moment de pur bonheur, d'images délicates, de personnages vrais et d'une incroyable beauté. Oui, on dirait que j'exagère. Mais non. Points bonus pour la bande-son et les mouvements de caméra.


TV SHOWS | Nikita.
Nikita, rings a bell to anyone French? Yes, the show is (loosly) based on the 1990 French movie La Femme Nikita. I'll be honest: I don't remember much from the movie. But I'm happy with sticking with the TV show, for several reasons:

- The plot. Nikita, an ex-agent of a US black-ops organisation called Division, has gone rogue and is trying to take it down. I love how everyone is two-sided, how everything always turns around, and how I keep being surprised.
- The cast. Maggie Q, Shane West, Lyndsy Fonseca and Aaron Stanford (yes!) are fantastic. And there's more. They've got a great connection, they're all very talented, and have such pretty faces.
- The writing. The action segments are thrilling and hook you up; (almost) everything else is hilarious.
- Seymour Birkhoff. This character, played by the very talented Stanford, is smart, funny, brave and bitchy. Plus, he keeps evolving and becoming more awesome!

***
TV SHOWS | Nikita.
Nikita, ça vous dit quelque chose, les français ? Effectivement, cette série est basée (de loin) sur le film de 1990 Nikita. Je vais être honnête avec vous : je ne me rappelle pas bien du film. Mais je me contenterai de la série avec joie, pour plusieurs raisons :

- L'histoire. Nikita, ancienne agent d'une organisation américaine top-secrète du nom de Division, a tourné le dos à leurs activités et tente de faire tomber l'organisation. J'aime comme les personnages sont tous de loyauté ambigue, comme les situations sont toujours renversées. Je suis surprise sans arrêt !
- Le casting. Maggie Q, Shane West, Lyndsy Fonseca et Aaron Stanford (génial !) sont fantastiques. Et il y a encore bien d'autres gens. Ils ont tous une vraie connexion à l'écran, ils sont talentueux, et puis bien agréables à regarder.
- L'écriture des scénarii. Les parties d'action sont palpitantes et vous tiennent en haleine ; (presque) tout le reste est à mourir de rire.
- Seymour Birkhoff. Ce personnage, joué par l'excellent Stanford, est intelligent, drôle; courageux et bitchy. En plus, il ne cesse d'évoluer et de devenir encore plus cool !


Now go buy all of that and see you next month!

No comments:

Post a comment