11 Sep 2011

How I chose what to study and at what uni, or 'The very very tricky part', part one.

Studying in the UK became a real project for me mid-2009.  Now that I was sure my parents were definitely behind me, and my profs had proceeded the idea, I had to start thinking about what to study and where exactly.

Because, yes, that's just how I roll: I had chosen the country and had my mind set on London, but I had only a vague idea of what I actually wanted to do with my life. Incidentally, that was the point when teachers and counsellors started to feed us with their favourite subject: the future! That's a funny word. 'What do you want to do when you grow up? What do you want to do with your future?' It seems 'I have no freaking idea' was/is no valid answer. Luckily, after many years of staring blankly at people who'd ask me what I wanted to do, the things had started to be a little less blurry for me. I had had several websites and blogs by that time, I had joined the school newspaper and the photo club and went to the photo lab on a regular basis, I tweeted massively, and I just wouldn't stop having an opinion... Things got clear: I was into media & communication.

...It's amazing how it all fits nicely into one tiny paragraph. That step was spread over like three years of my life. Strangely, the following one almost feels longer to me. That is, choosing which university would be right for me.

***

Mon projet de partir étudier au Royaume-Uni est devenu réel à la mi-2009. Maintenant que j'étais sûre que mes parents étaient véritablement derrière moi, et que mes profs s'étaient faits à l'idée, je devais commencer à réfléchir au contenu et au lieu précis de mes études.

Parce que, oui, je fonctionne très légèrement à l'envers : j'avais choisi le pays et la ville où j'irais étudier, mais je n'avais qu'une vague idée de ce que je voulais vraiment faire de ma vie. Justement, c'est à l'époque que les profs et conseillers d'éducation commencèrent à nous assommer avec leur sujet préféré : le futur ! C'est marrant comme mot. "Qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? Qu'est-ce que tu veux faire de ton avenir ?" Apparemment, "j'en ai absolument aucune idée" n'était/n'est pas une réponse acceptable. Heureusement, après de nombreuses années où je me contentais de fixer bêtement toute personne qui me demandait ce que je voulais faire plus tard, les choses avaient commencé à se préciser pour moi. J'avais déjà eu plusieurs blogs et sites à l'époque, j'avais rejoint le journal du lycée et le club photo, j'allais régulièrement au labo photo, je tweetais énormément, et j'avais toujours une opinion sur ce qui se passait. Tout s'est éclairé : j'allais étudier la communication & les médias.

... C'est quand même impressionnant que tout ça tienne dans un joli petit paragraphe. Cette étape s'est étalée sur quelque chose comme trois ans de ma vie. Bizarrement, avec du recul, l'étape suivante me paraît presque plus longue : celle de choisir quelle université serait la bonne pour moi.


Days til London: 11.

1 comment:

  1. Gaellle, il faut que tu choisisses, soit c'est "five years", soit c'est "trois ans". J'en perds mon latin moi sinon :p

    ReplyDelete